L'Espagne

L’Espagne en 1965 est pour Chevolleau une révélation, celle de la couleur, de la lumière. Tolède, San Martin, Peniscola, Consuegra, deviennent des sites de prédilection. L’Espagne, c’est aussi Don Quichotte, le héros attachant de Cervantes et son univers de rêverie, dont Chevolleau réalisera de multiples versions qui sont un peu, dit-il, comme des auto-portraits. De sa rencontre avec l’Espagne naît une nouvelle approche artistique où sa palette s’enrichit.

 

 

L’Espagne m’a délivré du cubisme et ma peinture y a pris un nouveau chemin. Jean Chevolleau